Le régime paléolithique, aussi connu sous le nom de régime paléo, ou régime de l’homme des cavernes, encourage les gens à se construire des habitudes alimentaires à partir de ce que mangeaient nos plus lointains ancêtres humains.

Les aliments les plus communs incluent les viandes maigres, noix et baies. Ses partisans stipulent que, durant l’ère paléolithique, les êtres humains ont développé des besoins nutritionnels en accord avec la nourriture qui leur était disponible, et que nous avons toujours ces mêmes besoins de nos jours.

Ils affirment que nos besoins nutritionnels sont déterminés par notre génome, et que celui-ci n’aurait pas assez évolué pour nous permettre de digérer efficacement l’énorme quantité de nourriture souvent trop transformée qui caractérise notre alimentation moderne. Si l’on suit cette théorie, on peut penser que les êtres humains ne sont pas faits pour manger des céréales, légumineuses, produits laitiers, ainsi que nombre d’autres aliments fortement transformés à haute teneur en calories.

Pour combattre l’obésité, les maladies cardiaques et le diabète, les adeptes de ce régime encouragent un retour aux racines, en adoptant des aliments non transformés auxquels nos ancêtres avaient accès. Alors qu’une stricte “Paléobservance” bannit céréales et légumineuses, elle permet la consommation de trois de nos produits : nos farines de noix de coco et de sarrasin, ainsi que notre fécule de tapioca!